Pologne

 

24 mars – 16 avril 2018
1 350 kilomètres

 

De belles rencontres, de l’entraide, de beaux paysages et du vent pendant ces quelques jours. Un beau pays à découvrir !
A peine entrés, nous découvrons la belle ville de Cieszyn, ville frontière avec la tchequie. Les premiers rayons de soleil de mars nous permettent de profiter de la belle place centrale.
Nous ne changeons pas nos nouvelles habitudes et pour la pause déjeuner, nous nous installons à la station essence Orlen. Lottos et Orlen seront nos deux favorites en Pologne.
Nous avons décidé depuis la Grèce de venir visiter les camps de concentration de Auschwitz, un moment incontournable qui va enfin se réaliser. Nous voilà face au vent enchaînant les collines pour nous rapprocher au maximum de ce lieu. A 30 kilomètres du but, fatigués nous cherchons à nous poser. Je me lance et pars demander à deux jeunes hommes qui travaillent dans leur jardin. Ça s’annonce bien ils parlent anglais et sans hésitation ils acceptent qu’on plante la tente à côté de chez eux. Nous discutons avec Christopher le propriétaire de la maison et sa femme enceinte vient à notre rencontre. Quelle surprise de l’entendre parler français! Quelques minutes plus tard, c’est dans leur jardin que nous plantons la tente, les vélos à l’abri au garage et nous sommes accueillis chez eux pour la soirée. Douche, linges lavés et plusieurs repas maisons nous sont offerts. Justina est une très bonne cuisinière qui fait tout maison : pot de peanut butter, graines germées, cornichons dans de la saumure. Elle nous fait même découvrir une spécialité polonaise : les pierogis, raviolis fourrés de viande ou de fromage et pommes de terre  (pierogis russes), dont elle en a réalisé plus de 200 !
S’ensuit une préparation de pizza maison pour le repas du soir. Avec eux, nous revoyons notre trajet en Pologne pour passer par Gdansk, Malbork et d’autres lieux à voir. Encore une fois, ce sont des gens qui voyagent qui nous recoivent, ils nous parlent avec envie de la Géorgie qu’ils ont récemment visité. Justina téléphone à une de ses amie pour que la mère de celle ci nous heberge le lendemain soir à Oświęcim, afin que nous soyons très tôt le surlendemain matin aux camps de auschwitz pour avoir des places. En effet le site est un des lieux les plus visités au monde et il y a très peu de places pour les visites guidées. Nous voilà ravis et plein de gratitude envers nos hôtes !
Les journées ne sont jamais les mêmes pour nous. Ce dimanche commence par un délicieux brunch en compagnie de Justina et Christopher, on a l’impression d’avoir passé le week-end avec des amis.
Puis c’est le moment de se quitter, nous reprenons nos vélos et pour une fois nous savons où nous allons et où nous dormons ce soir. C’est comme une journée de repos pour nous !
30 kilomètres plus loin nous voici à Oświęcim, le nom polonais de la ville où se trouvent les 3 camps.
C’est Monica, l’amie de Justina, et sa maman qui nous accueille. Nous dégustons une autre spécialité locale, le goulasch maison bien sur. Monica nous emmène visiter le centre ville, nous parle du life festival qu’il y a ici chaque année, qui a pour but de changer la connotation des lieux.
Après une nuit dans un vrai lit, le lundi nous partons visiter les camps jusqu’en milieu d’après-midi.
Pour information, visite disponible en plusieurs langues, 15 places par visite guidée et deux sessions par langues, le guichet ouvre à 7h30 sur le parking. Sauf petit sac autorisés sinon tout à mettre en consigne. Le bus est compris dans la visite guidée (3-4 heures) entre les deux camps.
Il y a en fait peu de visite privée comme nous, ce sont les voyages organisés ou sorties scolaires qui font le plein.
Nous reprenons la route en fin d’après-midi en direction de Krakow où nous avons un rendez-vous pour changer nos cassettes de vitesse au magasin bikesense avec Daniel et son équipe de joyeux lurons. Un super accueil et merci pour le thé !
On prend la route vers Gdansk la deuxième ville touristique du pays, le long de la côte.

Le temps est toujours à la pluie et au moment de nettoyer les vélos à la station essence, nous remarquons un problème sur nos deux chaînes, elles craquent. La police de passage à la station vient nous voir et appelle le bike service de la ville. Quinze minutes après voilà le monsieur qui vient vérifier si tout va bien, pas de problème d’après lui, même si il constate un bruit bizarre. Nous réalisons que nos chaînes sram ont du se détériorer lors du transport dans nos sacoches par températures négatives en Macédoine…
A Piotrkow, la ville suivante, nous recherchons de nouvelles chaînes, sachant que nous remarquons que les chaînes 10 vitesses ne sont pas courantes…
Heureusement bonne pioche dans deux boutiques de la ville. Nous en profitons pour remettre des gardes boues arrières.
Nous sommes super bien accueillis à la boutique http://www.bikemia.com/
des supers conseils, des goodies et des bandes réfléchissantes. Une super équipe ! Merci !
Côté matériel, les crochets qui attachent nos sacoches avant Ortlieb sont cassés mais pour le moment ça tient encore. Ortlieb nous a envoyé de quoi remplacer le matos à Paris. Accompagnés d’autres éléments dont nous avons besoin, nous avions fait envoyé un colis en Poste restante. Malheureusement le système de livraison de colis français a baladé notre colis pendant tellement longtemps que nous n’étions presque plus en Pologne lorsqu’il est arrivé… A l’heure qu’il est cela fait une semaine qu’il est aux services de la poste française et qu’on attend qu’il revienne à l’expéditeur…. en cours d’acheminement d’après eux… merci colissimo…
Nos sacoches tiennent encore le coup…
Autre avarie matériel : un de nos matelas thermarest a rendu l’âme (les boudins explosent). Le service après-vente réagit vite et nous oriente vers Magdalena de la team Paker ( http://sklep.paker.pl/) et met à notre disposition un nouveau matelas à côté de Gdansk chez Cumulus team.

Merci à eux!
Revenons à la Pologne :
Les lieux pour bivouaquer ne manquent pas ici et nous avons même le droit à du thé et gâteaux servis par les voisins lorsque nous sommes plus proches des habitations, notamment pour se protéger du vent. Lors de ces rencontres, ça commence toujours comme un entretien d’embauche, on nous scrute de haut en bas, on regarde nos affaires. Ici, pour parer au problème de langue, je tends à nos interlocuteurs un message en polonais pour dire que l’on souhaite dormir ici une nuit (vive Google translate). Ça marche à tous les coups ! Ils finissent par nous apprécier et nous apporter à manger et à boire.
En avril, nous enchainons les dimanches fériés (celui de pâque plus les deux qui suivent) et toujours de bonnes journées avec le vent.
Gdansk la grande ville est agréable en vélo grâce à toutes les voies mises en place, nous roulons le long de la côte au milieu des quelques touristes qui profitent du soleil estivale.Elle est aussi une source d’air frais et « pur » pour les polonais. En effet les maisons sont chauffées au charbon encore, on aperçoit des fumées noires et épaisses sortir des toits notamment dans le sud ouest du pays où les soirées d’hiver peuvent devenir irrespirables…

Malbork avec son beau château.
Puis c’est l’entrée dans la partie plus nature, plus vallonnée, bordée de lacs, de forêts. Nous sommes sous l’enclave russe en direction de la Lituanie. On se croirait parfois dans des paysages du Canada.

Avant le coucher du soleil, des chevreuils viennent prendre les derniers rayons non loin de la tente.
Côté route, la circulation en vélo en Pologne s’est bien passée mais quelques conseils :
– à Piotrkow, les 5 derniers kilomètres se font sur une route avec beaucoup de trafic et notamment des camions et il n’y a pas d’espace sur le côté pour se rabattre.
-les ferrys sont fermés avant mai notamment celui pour passer le long de la côte entre Gdansk et Malbork. Du coup la seule route pour passer la Vistule est très empruntée par les camions et sans voie disponible sur le côté  (~15 kilomètres).
– passage de la frontière après Sejni très calme et avec plein de voies vélos.

A bientôt pour les pays baltes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *